Association nationale de sauvegarde
du patrimoine rural bati et paysager

Reconnue d’utilité publique
Abonnez-vous ! Rejoignez nous !
Mon compte
Mon panier (0)

Qui sommes nous

Nos missions

Maisons Paysannes de France a pour but :

 

  1. de promouvoir la maison paysanne traditionnelle, en favorisant son entretien et sa restauration, en respectant l'identité propre de chaque région et en sauvegardant ses caractéristiques écologiques,
  2. de protéger le cadre paysager et humain des maisons paysannes et de leur environnement,
  3. d'encourager à la création d'une architecture contemporaine de qualité, saine et s'intégrant avec harmonie dans son environnement.

Nos objectifs :

 

  1. Sensibiliser le public aux qualités esthétiques et écologiques de l'architecture traditionnelle (appelée également "architecture originelle" ou vernaculaire) et aux paysages ruraux, patrimoine en devenir que nous voulons transmettre aux générations futures,
  2. Offrir au public et aux professionnels la plus large information possible sur cette architecture, sur ses possibilités de restauration et ses qualités environnementales,
  3. Obtenir des pouvoirs publics toutes les mesures législatives ou règlementaires nécessaires, aussi bien pour la restauration des maisons anciennes que pour le caractère et l'implantation des constructions nouvelles, la préservation des paysages et la mise en oeuvre de matériaux de proximité ou biosourcés.

Concrètement,

Maisons Paysannes est aujourd'hui considérée comme un des acteurs majeurs dans le secteur de la connaissance et la protection du patrimoine rural, et se retrouve souvent en interlocuteur incourtournable dans les débats impliquant les intervenants publics et para publics.

Elle est souvent amenée à réaliser pour le compte des autorités publiques des rapports, des avis ou des synthèses, en s'entourant de partenaires qualifiés. Son approche pluridisciplinaire et polyvalente lui permet de faire le lien entre différents domaines à priori sans rapport entre eux et de créer des liens entre le bâti ancien, les débats actuels et les perspectives à venir.

MPF est particulièrement active dans 3 grands domaines d'intervention :

Connaissance du bâti ancien et économies d'énergie

Maisons Paysannes participe en collaboration avec l'Etat (ministère du développement durable) et particulièrement avec le Plan Bâtiment issu du Grenelle de l'Environnement, à différentes études dont l'objectif est de sensibiliser les particuliers et les professionnels aux qualités naturelles du bâti ancien (thermique, phonique), afin qu'on le connaisse mieux et qu'on le respecte lors de travaux de réhabilitation.

Cliquez ici pour en savoir plus

Intégration de l'architecture contemporaine et urbanisation de territoire ruraux

« Promouvoir une architecture contemporaine de qualité, en harmonie avec les sites » : telle est une des missions statutaires de Maisons Paysannes de France.
C'est dans le cadre d'une ruralité en pleine transformation que s'est créée l'association en 1965. Il était déjà sensible que, si les « maisons paysannes » étaient au centre des préoccupations, la ruralité était de moins en moins « artisanale et paysanne », et devenait plus familièrement le terrain de jeu des urbains. L'attrait – ou le besoin - de solitude pour certains, la proximité villageoise pour d'autres sont l'occasion rêvée d'une vie « autre », plus proche de la Nature. Ce projet se réalise dans un retour à la tradition pour certains, dans l'implant du « confort moderne » dans la ruralité pour d'autres, et parfois en associant les deux. Enfin, le « contemporain » nous convoque à « l'aménagement durable » du territoire, pour une « sobriété » choisie et heureuse.
Afin de participer à cette « qualité » de l'architecture et à « l'harmonie » de nos sites ruraux , notre association a constituée en 2007 un "Groupe de Réflexion sur l'Architecture Contemporaine", dit GRAC, pour informer, conseiller, donner envie à propos de thèmes d'une actualité constamment renouvelée. 

Cliquez ici pour en savoir plus

Matériaux, savoir-faire et réglementations professionnelles du bâtiment

La préservation d'un bâtiment ancien est liée à un savoir-faire et à l'utilisation de matériaux produits localement. A l'heure où le secteur du bâtiment est en recherche de personnels qualifiés, la maitrise des techniques anciennes apparait aujourd'hui comme une solution de pérénisation de l'emploi. Les filières locales de matériaux deviennent alors un levier économique du territoire, sous couvert que les matériaux utilisés soient garantis le plus possible par une reconnaissance réglementaire et qu'ils s'inscrivent dans une démarche de développement durable. C'est ce à quoi s'attache Maisons Paysannes de France.

Cliquez ici pour en savoir plus

Transformation de la ruralité, paysage et agriculture

Parce que les bâtiments anciens sont issus d'un territoire, qu'ils sont le résultat d'un paysage et d'une pratique humaine, l'évolution actuelle du monde rural a une énorme incidence sur le bâti de nos campagnes. Urbanisation, abandon des bâtiments agricoles devenus inutilisables, projets de dynamisation des territoires reculés... Maisons Paysannes travaille également à ces questions et à ces réflexions, avec différents partenaires.

Cliquez ici pour en savoir plus

Historique de notre association

Maisons Paysannes de France est créée en 1965, alors que la France connaît de grandes mutations économiques et sociales

Période de reconstruction, d'industrialisation et de mécanisation, la structure de la société s'en trouve bouleversée. Le nombre d'agriculteurs et d'exploitations agricoles chute tandis que l'on part désormais s'installer à la ville pour y travailler. Cet exode rural entraîne l'abandon de nombreuses maisons paysannes qui tombent peu à peu en ruine. D'autres sont transformées pour intégrer des éléments de confort.

Or, après-guerre, il faut reconstruire rapidement : les techniques et les matériaux traditionnels sont délaissées. Le ciment a remplacé les mortiers à la chaux et au sable de pays. C'est rompre avec l'architecture traditionnelle, qui se trouve dès lors menacée. On ne restaure plus avec les matériaux locaux, on « rénove » avec des méthodes qui détruisent les qualités et l'harmonie de ces maisons parfois plusieurs fois centenaires.

C'est dans ce contexte que naît l'association Maisons Paysannes de France, à l'initiative d'Alfred Cayla, de Roger Fischer, bientôt rejoints par Raymond Bayard, Pierre Moreau, Hervé Rathouis, Jacques de Sacy, Jean-Louis Soubrier et René Fontaine.

Il est important de noter que la prise de conscience du danger encouru par les maisons paysannes n'était généralement pas alors celles de leurs habitants. Ils étaient en recherche de confort et de modernité.

L'idée prend sa source dans le Lot, pays du dr. Cayla mais, lors de la première Assemblée Générale en février 1966, l'association comptant 140 adhérents, près de la moitié sont de la région parisienne.

Le développement de l'association

Rapidement, l'association, d'abord parisienne, se structure.

Elle réfléchit dès le départ à la création d'un réseau de comités départementaux et à la fin de l'année 1966, elle compte déjà 22 délégations. Elle parvient peu à peu à toucher les agriculteurs par l'intermédiaire des organisations agricoles.

En mars 1985, son action se voit légitimée puisqu'elle est reconnue d'Utilité Publique.

Aujourd'hui, elle compte près de 85 délégations et plus de 8 000 adhérents, parmi lesquels des particuliers, des architectes et des artisans mais aussi des associations et des collectivités territoriales.

Tout au long de ces années, Maisons Paysannes de France s'est efforcée de donner le maximum d'outils à ses adhérents pour effectuer leurs restaurations.

Elle mène une réflexion sur l'architecture des maisons paysannes et sur les évolutions à apporter afin de répondre aux exigences actuelles, en particulier sur les économies d'énergie dans l'habitat.

Dès sa création, elle publie un bulletin qui devient une revue et s'étoffe progressivement. Très vite, elle propose des articles de réflexion et des exemples de restaurations. Elle est aujourd'hui tirée à 7000 exemplaires.

En 1995, l'association ouvre un Centre de documentation, issu d'un fonds constitué depuis 1965, et complété par chaque délégation. L'objectif est toujours de donner le maximum de moyens au restaurateur ; une bonne connaissance des caractéristiques de l'architecture de la région est le préalable à une bonne restauration.

Un concours des meilleures restaurations est organisé chaque année. Les cinq meilleurs dossiers sont récompensés par les prix René Fontaine. Depuis 2015, un prix spécifique est attribué pour les projets d'extension, d'intégration, de construction contemporaine.

Le conseil d'administration de Maisons Paysannes de France a également mis en place différentes structures internes :

Enfin, MPF participe régulièrement à divers salons nationaux locaux, notamment le Salon International du Patrimoine Culturel, Ecobat, Vivre Autrement, Bâtir Ecologique, etc.

Présidences de l'association depuis sa création

  1. Alfred Cayla (1965 - 1971)
  2. P Delaire (1971 - 1975)
  3. Pierre Moreau (1975 - 1981)
  4. Jean-Louis Soubrier (1981 - 1989)
  5. Michel Maréchal (1989 - 1993)
  6. Jean Mougin (1993 - 1994)
  7. Michel Parent (1994 - 1996)
  8. Michel Maréchal (1996 - 1997)
  9. Michel Fontaine (1997 - 2011)
  10. Georges Dumenil (2011 - 2015)
  11. Bernard Duhem (depuis 2015)

Lire notre article sur les 45 ans de l'association MPF (extrait de la revue 176, 2010)

Lire le discours de départ de Michel Fontaine prononcé lors de l'Assemblée Générale de l'association Maisons Paysannes de France le 30 avril 2011

Groupement des associations du Patrimoine

Le G8 Patrimoine : un groupe national d'information et de concertation sur le patrimoine

Présidé par le Ministre de la Culture ou son représentant, ce groupe, créé en janvier 2005, est composé des présidents des 8 associations nationales reconnues d’utilité publique, œuvrant pour la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine bâti et paysager :

Sa mission principale est de réfléchir et débattre sur tous sujets relatifs à la politique du patrimoine. Il permet ainsi de favoriser la concertation et les échanges d’informations, entre l’Etat et les associations, sur les politiques publiques ou privées en faveur du patrimoine.

Se réunissant une fois par mois, le groupe échange puis arrête des positions communes qui sont ensuite transmises aux autorités publiques et administratrices. Il peut également être directement consulté sur les projets de lois et de textes réglementaires que prépare la direction des patrimoines.

Le G8 Patrimoine soutient également des actions entreprises par l’une ou l’autre des associations, ou par plusieurs d’entre elles, et engager des opérations communes lors d’enjeux dépassant l’action propre de chacun des membres.

En 2011, pour faire connaître leur inquiétude face la loi "Grenelle 1", les présidents du groupe ont diffusé un Manifeste pour un aménagement du territoire et un urbanisme maîtrisé.

Aujourd'hui, des propositions ont été soumises à Madame la Ministre de la Culture dans le cadre de l’élaboration du projet de loi patrimoine 2013.
Consultez le texte proposé par Georges Duménil, président de Maisons Paysannes de France : "De l’intérêt de l’insertion d’un volet règlementaire obligatoire, relatif à la protection du patrimoine, dans les documents d’urbanisme"

 

Le 1er janvier 2010, le Ministre de la Culture et de la communication a renouvelé le G8 Patrimoine pour une durée de 5 ans.
Voir le site du G8 Patrimoine